CONSEILS D'ÉLEVAGE (OCTOBRE - DÉCEMBRE)



1- Gaver les oies et les canards 

Vous devez utiliser des races adaptées au gavage comme l’oie de Toulouse, le canard de Barbarie ou le canard mulard. 

Les anciennes cages individuelles de gavage ne sont plus commercialisées au profit des cages collectives plus respectueuses du bien-être animal. Elles sont réservées aux élevages importants du fait de leur coût. 

Le gavage a lieu deux à trois fois par jour à heures fixes et à intervalles réguliers. Il est fait à l’aide d’entonnoirs à vis fonctionnant manuellement ou avec un moteur électrique. L’embuc est enfoncé dans le gosier des animaux. Après cuisson, le maïs est poussé dans l’embuc par une vis sans fin. Les gaveuses à régulation électronique travaillent à vitesse régulière et permettent de gaver jusqu’à 180 canards et 120 oies par heure. Les embucs (entonnoir + vis) de ces gaveuses sont interchangeables et existent en longueur de 24 et 30 cm. 

La durée du gavage est de 3 à 4 semaines pour l’oie et de 2 à 3 semaines pour le canard. Il doit être pratiqué sur des sujets adultes, soit à partir de 3 mois ou 3 mois et demi.

Pour améliorer le bien-être des sujets, l'aliment peut être complété par des suppléments spécifiques au gavage qui rectifient le déséquilibre alimentaire, énergisent et hydratent.


 Entonnoir à gaver



Gaveuse électronique





2- Abattre vos sujets 

Assomoir étourdisseur
Electrocuteur-assomoir



Saignoir 4 cônes
 

Les centres d’abattage, y compris les petits éleveurs vendant leur propre production abattue en leurs locaux, ont l’obligation de s’équiper d’un assommoir. Il permet d’assommer le sujet à saigner par une électrocution immédiate. Nous proposons un modèle pour les petites unités fonctionnant sur 220V et agréé par les services vétérinaires sous le numéro AGRA81L.CT.G.D.PI. 


Les sujets sont ensuite de préférence suspendus par les pattes ce qui facilitera le saignement. On peut également les introduire dans un saignoir, cône en plastique ou inox, duquel ne ressortent que le cou et la tête. Ces saignoirs sont disponibles en plusieurs modèles : 1 cône à fixer au mur, 4 cônes plastique rotatifs sur cuve de récupération ou 3 cônes inox sur cuvette de récupération. 

Le sacrifice est effectué à l’aide d’une pince à tuer ou d’un couteau à lame courte. La pince à tuer est extrêmement efficace car elle détruit le centre nerveux et provoque un saignement immédiat. Les abats sont retirés avec des crochets existant en deux tailles afin de s’adapter à la taille des carcasses. Il est conseillé de s’équiper de tabliers enveloppants et de gants. 

Pour peser vos animaux pendant leur période de croissance ou au moment de l’abattage, il est nécessaire d’utiliser une balance ou un dynamomètre sur lequel est accroché un cône plastique pouvant les recevoir. Ces appareils ont une portée de 5, 10, 25 ou 50 kg.

                              





3- Plumer vos sujets 

Le trempage : 

Le plumage, qu’il soit fait à la main ou avec une plumeuse, doit presque toujours être réalisé après trempage. Un bac à échauder en acier galvanisé muni d’une résistance et d’une régulation thermostatique maintient l’eau à température. Les sujets y sont maintenus un à un pendant une minute. 
Il existe également des cuves de trempage en inox où plusieurs volailles peuvent être trempées simultanément. Ce type de matériel est destiné aux grosses unités. 

Le plumage : 

Différents types de plumeuse vous sont proposées. Les plus courantes sont composées d’un tambour muni de doigts en caoutchouc. 
Les petites plumeuses familiales équipées de 24 à 36 doigts conviennent pour une utilisation amateur et uniquement pour des volailles : poules, poulets, pintades ou des cailles. 
La plumeuse spécial gallinacées est équipée de 10 rangées de 6 doigts et peut être utilisée pour les volailles après trempage à basse température (50°C). Les doigts peuvent être remplacés par des doigts plus souples permettant de plumer les cailles et les pigeons. 
La plumeuse spécial palmipèdes est composée de 2 blocs : les rouleaux inox permettent de retirer les grosses plumes et le duvet sur les ailes, le dos, le ventre ; le bloc doigts est utile pour la finition et permet de réaliser le plumage des gallinacés après trempage à 70°C. 
La plumeuse polyvalente en inox est équipée d’un tambour alu équipé de 55 doigts. Elle convient pour les volailles et les palmipèdes mais pas pour le gibier ni les pigeons. Le tablier inox est une garantie sanitaire et contre la corrosion. Elle est recommandée pour les élevages de taille moyenne.

De petites plumeuses rotatives existent aujourd'hui et sont extrêmement pratiques. Elles nécessitent un trempage des volailles mais elles plument toutes seules. Il n'est plus nécessaire de maintenir le sujet contre les doigts en rotation. Il suffit de le mettre à l'intérieur du tambour et le mouvement rotatif de la base effectue automatiquement le plumage. Elles peuvent plumer 1 à 5 sujets en même temps (selon sujet et modèle).

Les seules plumeuses pouvant être utilisées sans trempage sont les plumeuse à disques dites « à sec ». Elles permettent de plumer tous les volatiles mêmes les plus difficiles comme le gibier ou les cailles. Un modèle de table et un modèle familial sont particulièrement adaptés aux besoins du chasseur. 

Le transport : 

Une fois abattus et plumés les animaux sont destinés à la vente. Ils sont transportés dans des bacs en plastique alimentaire, à fonds et côtés ajourés et de couleur blanche. Le petit modèle de dimensions 58 x 39 x 16.5 cm est empilable. Le modèle standard de dimensions 60 x 40 x 20 cm est empilable et emboîtable, ce qui facilite le rangement à vide.

                    


Bac à échauder
 



Plumeuse familiale inox
 



Plumeuse spécial palmipèdes
 


Plumeuse inox 55 doigts
Plumeuse 7 disques